Wind of change in Algeria

Google
 
Web algeria-reloaded.blogspot.com

jeudi 20 juillet 2006

SNTF s'allie avec l'ancienne General Motors

Des négociations sont en cours entre l’entreprise nationale des transports ferroviaires (SNTF) et l’entreprise américaine Electro Motive (EMD) pour la création d’une entreprise mixte de droit algérien dans le domaine du transport ferroviaire.

Après avoir accordé plusieurs projets relatifs aux développements des chemins de fer aux Espagnols, Italiens, Français et Suisses notamment, la SNTF est en train de conclure un accord de partenariat avec l’entreprise américaine EMD connue par l’ancienne appellation «General Motors» pour la création d’une société en joint-venture. Une entreprise de droit algérien dont les actionnaires sont la SNTF et EMD qui aura pour objet l’entretien, la réparation et la rénovation des locomotives diesels et électroniques conformément aux normes standards.

Le directeur des infrastructures de base de la SNTF, Leulmi Ali, a précisé hier, lors de la rencontre de concertation ayant regroupé le ministère de l’Environnement et celui des Transports, que les interventions de cette entreprise ne se limiteront pas à l’Algérie seulement. Elle ambitionne d’élargir son champ d’action en dehors de l’Algérie en proposant ses services aux pays maghrébins, africains et arabes. L’on a appris également que la société américaine sera majoritaire avec 51% du capital social et la partie algérienne aura 49%.

M. Leulmi a expliqué le choix de cette entreprise américaine par le fait qu’elle a été le principal fournisseur de la SNTF. «L’ensemble des locomotives de notre entreprise ont été fournies par l’entreprise General Motors qui aujourd’hui est appelée EMD». Le directeur des infrastructures de base dira «qu’il est plus aisé pour nous de travailler avec une entreprise dont nous connaissons parfaitement les compétences au lieu de nous engager avec un partenaire méconnu».

En plus de la modernisation et la rénovation du parc ferroviaire, cette entreprise de transport ferroviaire veut améliorer le taux de disponibilité opérationnel à 70% durant les deux premières années pour arriver à 87%, puis à 90% au bout de cinq années en assurant une amélioration de la fiabilité des locomotives. A long terme, cette entreprise mixte compte créer des conditions nécessaires pour l’intégration des trains à grand vitesse dans un ensemble industriel d’envergure. LE QUOTIDIEN D'ORAN

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home